à la Une

LA NOMOPHOBIE, LE MAL DU SIÈCLE !!!

La nomophobie ou la peur d’être privé de son téléphone portable.

La nomophobie construit par contraction de l’expression anglaise « no mobile-phone phobia » , désigne la peur irrationnelle et excessive d’être séparé de son téléphone portable.

Une étude menée au Royaume-Uni en 2008 a montré que cette phobie se déclare lorsque les utilisateurs de téléphone portable perdent l’objet, ou n’ont plus la possibilité de l’utiliser faute de couverture réseau ou de batterie suffisante. D’après cette étude, 58 % d’utilisateurs sont concernées contre 48 % d’utilisatrices.

Les manifestations caractéristiques de l’addiction et de la dépendance au téléphone sont son utilisation incessante, dans la rue, chez les commerçants, dans les transports, pendant les courses et parfois même chez un médecin. Regarder son téléphone sans arrêt représente un signe majeur de la dépendance.

L’apparition d’une angoisse lorsqu’une anomalie ou un bugg survient, lorsqu’on ne retrouve plus le téléphone ou qu’il est impossible de le recharger, témoigne également de cette addiction. Les personnes dépendantes ont besoin d’avoir leur téléphone près de soi en permanence, dans leurs mains et proche de leur lit.

L’objet devient une extension de leur propre corps et représente un véritable « doudou » les rassurant. La nomophobie constitue donc un grand mal qui détruit notre jeunesse Africaine surtout celle de mon pays le Togo, je vous parle donc de la génération Z accros aux smartphones.addiction-smartphoneNombreux sont ces jeunes qui se font tamponner par des camions sur nos routes car préoccupés par leurs téléphones portables que de se concentrer sur la circulation. D’aucuns ont raté l’occasion de se faire embaucher car juste au moment de se rendre en salle pour l’entretien avec l’employeur se sont rendus compte qu’ils ont laissé leurs portables à la maison et sont partis le chercher en lui et place de leurs futurs emplois.

Dans tous les cas, pour lutter contre cela, tentez de vous séparer progressivement de votre portable.

Comme solution à cette nouvelle maladie, il nous faut déjà commencer par arrêter de tout stocker sur notre téléphone. Faire des sauvegardes de notre répertoire téléphonique, de nos photos… Ainsi, en cas de perte, nous conserverons ces données. En ce sens, nous diminuerons notre angoisse face à la perte de nos fichiers.

Si au même titre que nous, cette situation  austère, vous désespère en plus de vous  exaspérer, alors AGISSEZ pour une Afrique Jeune et Consciente  (AJC) de ce mal qui nous tue. Si au même titre que nous, ce genre de réflexion vous fait bouillir et vous pousse à vous insurger contre ce fléau (par la force du débat bien entendu !), alors AGISSEZ!!! Et parce que, ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières, et la jeunesse d’aujourd’hui l’élite de demain, je le réitère AGISSEZ.